3 Janvier 2010
Une opposition… quelle opposition ?
Dans une lettre adressée en mai 93, au: « Comité du 250e anniversaire de la Naissance du General Toussaint
Louverture ; » j’avais écrit ceci : « Le glas a sonné pour que la classe intellectuelle du pays se mette au
diapason. Non seulement la société entière en tirera des avantages, mais ces succès pourraient suppléer aux
carences de
nos politiciens de la rue qui partent en guerre en enfourchant leurs bicyclettes, sans
siège, pédalant sans répit sur des kilomètres vers l’inconnu.
Le sensationnalisme de l’Haïtien ne repose
que sur des choses qui plaisent à l’oreille, mais n’alimentent pas l’esprit. » Les vrais intellectuels ne sont pas
nombreux. Plusieurs nous ont déjà laissé : Gérard Etienne, Grégoire Eugene, Mireille Durocher Bertin, Jean
Dominique ; pour ne citer, que ceux qui nous regardent de l’au-delà.
Ces derniers jours, la façon loufoque de se présenter au Canada ; Marie Laurence Lassegue ne fait qu’accabler
davantage une société qui en à ras-le-bol des soubresauts socio-politiques qui la ruinent du matin au soir.       
N’est -ce pas qu’on dit « que le style de l’homme c’est l’homme ? » En HAITI, il y a un pullulement de gens
assermentés qui n’arrivent pas à divorcer avec leurs bas instincts.
Comme toujours, le problème du pays c’est l’homme haïtien. La politique est le lot de nos malheurs. Certes, il
ne s’agit pas de classe sociale. Les plus huppés se comportent de la même façon que ceux qui n’ont pas reçu
une éducation soignée.
Dans les premiers moments de la satrapie lavalassienne au pouvoir, Marie Laurence Lassegue était ministre à
l’Information. Connue pour les mêmes penchants viciés qu’on reprochait a Mme. Le Premier ministre
Michelle Duvivier Pierre-Louis. C’était le modèle imprimé par Marie Laurence Lassegue à ce Ministère qui
répugnait tout le monde. Elle portait une boucle de trois pouces de long (l’unique) à l’oreille gauche. Toutes les
jeunes femmes travaillant à l’Information imitaient cette transe. C’était la mode. Il ne faut également pas
oublier, la distribution d’armes à feu, la veille du coup d’État du 30 sept. Contre Aristide.
Est-ce un problème d’éthique ? Elle représente depuis vingt ans, ce que Mme. Max Adolphe était au temps des
Duvalier. Tout le monde aimerait voir la fin de cette mascarade gouvernementale. Aristide aux Nations Unies.
Préval à Trinidad avec le Président Obama, Marie Laurence Lassegue à Radio Canada ; jusqu'à se faire
rappeler par Mme. Christianne Charrette comment une ministre devrait se comporter. Vraiment elle
ressemble à un gladiateur romain sur la photo.
Lorsque la bête est blessée, doit-on l’abattre ? Pourquoi devrait-on lui prodiguer des soins ? Cessons d’être des
hypocrites. L’opposition n’a pas besoin de ces bouffons. La mascarade a trop duré. « Le public est gouverné
comme il raisonne. Son droit est de dire des sottises comme celui des ministres est d’en faire »_
Chamfort. Est-
ce un châtiment d’avoir ces gens à la tête de la Première République noire du monde ?  N’est-ce pas que « le
châtiment des sots est la sottise ? »_C’est ce que nous dicte la Bible dans le livre de Job.
Pendant que le complot international va bon train, et qu’on s’apitoyait sur le sort de la matrone ; l’ARMÉE de
l’air dominicaine vient de recevoir deux avions de guerre du Brésil du type :EMBRAER 314 SUPER TUCANO
sur une quantité de huit.














Fabriqué au Brésil, le SUPER TUCANO est un avion à multiples utilisations. Il peut voler le jour comme la
nuit et peut atterrir sur des terrains de fortune. Il est doté de deux mitrailleuses de 50 millimètres pouvant
délivrer 250 cartouches la minute. Doté de laser pour détecter la chaleur humaine et des mouvements la nuit,
il peut voler à très haute altitude atteignant un plafond de 37.000 pieds. La durée de vol est 6 h 30 et, le prix
par unité est de $9 millions US. L’avion a une vitesse de croisière de 518 Km/h, pouvant parcourir une
distance de 1665 Kilomètres.
Durant la présidence de Jean-Claude Duvalier, les FAD’H avait fait l’acquisition de matériels militaires : des
avions rapides, des tanks… les Dominicains se sont plains. Suite au démantèlement de l’ARMÉE, la satrapie
lavalassienne a vendu ce matériel militaire à nos voisins. Il ne faut surtout pas oublier les pèlerins politiciens
qui se rendent à Santo-Domingo pour la bénédiction du dimanche. Sénateur de la République, Candidats à la
présidence, et autres laquais de la
[politiquincaillerie] politicaillerie haïtienne.
Et, un beau matin de janvier 2006, le fameux Président Préval a jeté dans un tiroir au Palais National, le
rapport de la
« Commission Citoyenne Nationale de Réflexion sur les Forces Armées d’HAÏTI. » Personne ne
dit rien… POINT !
Embraer 314 SUPER TUCANO