ANNÉE ZÉRO.

Nous remercions toutes les nations, des quatre continents ; les chanteurs les
instrumentistes, et acteurs de cinéma, qui ont volontairement et humblement
donné leurs temps, argents et dévotions suite au cataclysme qui a ravagé la
capitale haïtienne, et ses villes limitrophes, le 12 janvier dernier.
Nous remercions grandement, tous ceux ou celles qui ont pris un engagement
continu à soutenir la nation, et à la reconstruction, sur des concepts
modernes, tout ce qui a été détruit.
Nous déplorons ardemment, la multitude de vies éventrées par ce cataclysme
non seulement inhabituel, mais nous déplorons surtout, le laxisme,
l' incompétence affichée, et la grotesque bouffonnerie dont ces coquins au
pouvoir ont toujours fait preuve et dont le peuple continu à subir les
conséquences, depuis vingt années.
Certes, la goujaterie gouvernementale a fait pâtir la nation et peut tuer la
poule avant qu’elle ne ponde l’œuf de la reconstruction. Étape également
indispensable vers la renaissance nationale.

NON ! JE N’AI PAS CHÔMÉ.

Un mutisme avait été temporairement observé, pour laisser libre cours à ces
intrépides motivations circonstancielles dont certains sont plus farfelus que
cocasses.
Haïti a exposé le niveau le plus bas de toutes les imperfections humaines. Son
gouvernement étant composé d’hommes et de femmes sans attributs. Ce pays
qui devrait être un lieu de rêve pour les humanistes est le théâtre de
scandales financiers, ou tout est obtus, et rien ne tourne en rond.
« Il faut inventer un Nouveau Monde » « On a échoué après la chute de
Duvalier à transformer le pays », a déclaré l’un des architectes de cette
gangrène lavalassienne… Mr. jn.Claude Bajeux. Oui ! à 76 ans, c’est le temps
des mea culpa, Mr. Bajeux.
Depuis 20 ans, ces malfrats ont maintenu le pays en otage en pratiquant les
‘cinq C’ = Corruption. Criminalité . Crasse. Crapulerie. Cacoisme… en lieu et
place des ‘cinq E’ =Eau. Électricité. Éducation. Écologie. Éthique.
Ce qui plus est, ils ont transféré la capitale haïtienne à Santo-Domingo afin de
pouvoir gérer la crise post séisme. Voilà que Préval se prépare à rester au
pouvoir en faisant comprendre aux gens que sa femme et lui sont en train de
pourvoir aux besoins du peuple. Mais leur priorité, ainsi que celle de la
Ministre Marie Laurence Lassegue n’est pas de protéger les femmes contre
les viols, et endiguer cette crise provoquer par leur clientélisme anarchique,
d'occuper tous les terrains vacants de la Capitale et ses alentours.
Nonobstant, aucun titre de propriété.

Pour ceux qui ont un cœur humble et patriotiquement nanti; le démantèlement
des FAD’H a fait payer honteusement à ces connards le prix de leurs
forfaitures. Ceci fut démontré en privant le pays du système de communication
de l’armée, et la main-d’œuvre nécessaire au lendemain du séisme. Certes,
l'armée pourrait être utile à plusieurs niveaux.

La classe pensante des Haïtiens vivant à l’extérieur n’avait pas été contactée.
D’ailleurs, les Haïtiens qui brillent en terre étrangère n’ont jamais été
inventoriés pour les besoins futurs de la nation.

Cependant, il n’est pas trop tard pour la création de cette banque de
données. Il est vrai que ce gouvernement ne pactise pas avec des Haïtiens
trop… savé. Depuis l’aéroport, on les kidnappe parfois, ceux qui rentrent au
pays afin de pouvoir visiter leurs parents et amis. Aristide et Préval ont
sanctifié l’idiosyncrasie à tous les échelons de la société haïtienne.

L’autre aspect de ce grand problème de la reconstruction est l’arrogance dont
Préval et sa clique ont fait preuve, en déclarant son pouvoir de veto sur tout
ce qui doit être reconstruit. Souvenons-nous que ces messieurs ne pouvaient
pas même  gérer la bidonvilisation de Port-au-Prince. Dans un pays ou,
parents et étudiants sont aux abois, faute d’électricité. Il n’a jamais eu de plan
énergétique ni d’eau potable ni de sanitation, après vingt ans de démagogies
administratives.

Mon cher Préval, dans un monde où l’argent s’est fait si rare, il serait absurde
que la communauté internationale vous donne carte blanche afin de pouvoir
siphonner ces fonds avec les coquins de votre choix. Cette satrapie qui a trop
duré ne doit pas faire partie de la reconstruction nationale ni à tous les
niveaux d’une restructuration sociale.  Ce gouvernement avait été enterré
sous les décombres du Palais. Il est grand temps pour que l’entêté, Mr. Sans-
gênes de partir.

Pour nous les MORENANTIS, l’année zéro de la Renaissance avait déjà bien
commencé, depuis le 3 mai 1990.

S.Séraphin.
Le Palais national avait été
antérieurement détruit en deux
fois. Le 19 Déc.1869, sous la
présidence de Mr.Sylvain
Salnave, le Palais fut incendié.

Puis, le 8 Août 1912 sous la
présidence de Mr.Cincinatus
Leconte, une explosion a
détruit le Palais, dans laquelle,
le Président Leconte perdit la
vie y compris des membres de
sa famille.

Le Palais fut reconstruit en
1918 par l’Ingénieur haïtien Mr.
Georges Baussan, détruit une
nouvelle fois par le séisme du
12 janvier 2010.
Le Palais national de 1912
Le Palais national de 1869, sur les
cendres duquelle le président Sylvain
Salnave avait été fusillé.
Le Palais national en construction en
Janvier 1920.
Foto ;Haiti-Obs.
Les deux guignons de la gauche haïtienne qui ont opté pour
la destruction de notre souveraineté, dans les premiers jours
de l’usurpation du pouvoir en Haïti.
SOUFFRANCE, CHAOS ET DIGNITE... AFRICAMAAT